Sahara occidental : tournée sans remous de Christopher Ross

L’émissaire onusien au Sahara occidental, Christopher Ross, est arrivé mardi en Algérie dernière étape d’une tournée au Maghreb au terme de laquelle il doit présenter un rapport au Conseil de sécurité qui discutera de la question à la fin du mois en cours.

Avant l’étape algérienne, Christopher Ross s’était rendu à Tindouf, fief du Front Polisario en Algérie, puis au Maroc où il a visité Rabat, Laayoune et Smara. La tournée de Ross dans ces deux villes du Sahara occidental s’est finalement déroulée sans grand remous, contrairement aux prévisions du Polisario et d’Alger qui avaient incité leurs sympathisants sahraouis à protester violemment. Ce plan était ficelé plusieurs semaines avant l’arrivée de l’émissaire onusien.

 

Il consistait à provoquer des troubles afin d’attirer les médias et crier à la violation des droits humains par les forces marocaines. Toutefois, la mobilisation a fait défaut et seules quelques dizaines de jeunes ont bruyamment protesté samedi dans les rues de Laayoune. Les jets de pierres et d’objets incendiaires n’ont pas trop inquiété les forces de sécurité.

 

Entre Temps, Christopher Ross s’entretenait avec des responsables locaux à Laâyoune, des représentants sahraouis unionistes mais aussi des sympathisants du Polisario qui expriment librement leur point de vue. C’est la troisième visite au Sahara occidental de Christopher Ross depuis 2009, date de sa désignation en tant qu’envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU. Ross peine à convaincre le Maroc et le Polisario de  reprendre des négociations au point mort depuis plusieurs mois. La pierre d’achoppement réside dans l’opposition de l’Algérie et du Front Polisario au plan marocain d’autonomie, Alger persistant à vouloir créer une république au Sahara.

La proposition marocaine d’autonomie a pourtant recueilli une large adhésion internationale, au point que le Conseil de sécurité l’a qualifiée de base « sérieuse et crédible » de négociations pour un règlement politique négocié du conflit du Sahara occidental.