La fondation de Kerry Kennedy qui prétend défendre la justice et les droits de l’homme, se trouve au pied du mur à cause du mutisme qu’elle observe devant la répression barbare de manifestants pacifiques par les milices du Polisario dans les camps de Tindouf.
Après avoir habitué la communauté internationale par ses sorties fracassantes pour dénoncer avec acharnement les dépassements dans les provinces sud du Maroc, voilà que le Centre Robert F. Kennedy (RFK) pour la Justice et les Droits de l’Homme brille par un silence assourdissant devant les abus et les interventions musclées des milices du Polisario contre des manifestants qui réclament plus de dignité et de libertés.
Cette politique de deux poids deux mesures de RFK n’est pas passée inaperçue. Elle est partout dénoncée comme c’est le cas de la présidente de « Teach the Children International » (TCI), Nancy Huff qui soulignait dans une lettre adressée il y a une semaine à Kerry Kennedy, lui faisant part de sa grande préoccupation face au silence de son organisation devant les atrocités et la violente répression des manifestants pacifiques à Tindouf.
C’est aussi le cas du Réseau des Associations de la Communauté Marocaine en Italie (RACMI) et la Fédération Africaine en Toscanie (FAT) qui a adressé un appel pressant au Centre RFK, pour lui demander de réagir à ces violations systématiques des droits de l’Homme dans les camps du Polisario.
Dans une lettre adressée à la représentation de RFK en Italie, les auteurs de l’appel réclament également l’ouverture d’une enquête internationale sur l’assassinat, le mois dernier, de deux jeunes commerçants sahraouis de Tindouf par l’armée algérienne près de la frontière mauritanienne.
Le soulèvement des jeunes sahraouis contre le diktat du Polisario, soulignent les représentants du réseau, doit inciter certaines parties, qui croient encore aux thèses fallacieuses du mouvement séparatiste, à réfléchir sur la vraie nature du conflit au Sahara que le régime algérien cherche, coûte que coûte, à faire perdurer quitte à mettre en danger la paix dans toute la région. D’autres voix vont surement s’élever pour dénoncer l’attitude de la fondation de Kerry Kennedy.

12/02/2014